Les experts en toxine botulique proposent une nouvelle solution permettant de traiter le relâchement cutané. Ils proposent effectivement les injections de comblement, lesquelles viennent se ranger aux côtés de la radiofréquence, l’HIFU et le laser. Elles grossissent ainsi le rang des solutions visant à contrer le vieillissement de la peau. Ces produits injectables de dernier-cri sont utilisés au moyen de tout un arsenal à la pointe de la technologie. Permettant de mieux répondre aux besoins des patients, ils sont devenus un must dans la lutte contre le vieillissement et relâchement cutané.

Le champ d’utilité de la toxine botulique

Durant les dernières décennies, la toxine botulique est devenu l’injectable le plus populaire dans l’univers de l’esthétique. Elle entre dans la composition d’un certain nombre de produits, pour ne citer que le fameux Botox, ou encore le Dysport et le Vistabel. Les spécialistes en toxine botulique villefranche-sur-saone l’utilisent surtout pour traiter le vieillissement facial, en se livrant à des gestes médico-esthétiques. En effet, l’injection de ce produit très particulier permet le rajeunissement du visage, en diminuant, voire en éradiquant l’activité des muscles à l’origine de certaines rides. Parmi celles-ci figurent les rides d’expression (rides du front, rides du lion, des pattes d’oie…).

L’utilité de la toxine botulique est loin d’être confinée au seul domaine de la médecine esthétique. Elle est effectivement sollicitée en médicine générale. Les médecins l’utilisent par exemple pour traiter certaines pathologies, telles que la dystonie faciale, le strabisme, le blépharospasme, ou encore la paralysie cérébrale.

Les différentes étapes de l’intervention

Pour traiter le vieillissement et relâchement cutané, les experts en toxine botulique Villefranche-sur-Saône procèdent en trois étapes. Après un examen de l’anatomie des muscles faciaux, ils marquent les endroits à traiter à l’aide d’un crayon dermique. Ils utilisent enfin une aiguille très fine pour l’injection du produit dans les muscles en question. À noter que cette intervention relève de la compétence des médecins expérimentés. Elle ne doit en aucun cas être déléguée aux assistants.

Ce traitement s’avère quasiment indolore. Les résultats se dessinent de manière progressive. En effet, les rides existantes se lissent en quelques jours. L’intervention doit néanmoins être répétée en une moyenne de 2 fois par an, dans la mesure où les résultats s’estompent au bout de 6 à 8 mois.

 

Contre-indications

Avant de procéder à l’acte, les spécialistes en toxine botulique Villefranche-sur-Saône s’entretiennent avec leurs patients. Ils s’assurent que ces derniers ne sont soumis à tout autre médicament. En effet, la toxine botulique ne fait pas bon ménage avec des médicaments anticoagulants ou anti-inflammatoires. Elle est aussi contre-indiquée en cas de maladies neurologiques ou de myasthénie avancée. Bien évidemment, les personnes sous antibiothérapie ne doivent pas s’y soumettre. Enfin, la toxine botulique est prohibée pour les femmes enceintes ou allaitant.