verres-de-securite

Par définition, un verre de sécurité est un verre résistant qui ne produit pas d’éclats en cas de brise et ne risque pas de provoquer des blessures. On distingue entre plusieurs types de verres de sécurité en fonction de leur solidité et la sécurité qu’ils apportent à l’environnement et aux personnes.

Le verre armé

Il s’agit d’un verre renforcé par une grille métallique qui a été intégrée lors de la fabrication. Ce n’est pas un verre très solide et le risque de se blesser est présent parce que le verre armé se brise de la même manière qu’un verre classique. La grille métallique retient un peu les éclats, mais ce n’est pas son but principal.

En effet, le verre armé a pour rôle d’empêcher le passage à travers la vitre, notamment d’un cambrioleur qui a cassé la vitre. Même quand le verre se brise, la grille métallique reste intacte et empêche le passage. Néanmoins, le verre armé présente quelques inconvénients, dont son manque de résistance à la chaleur, ce qui fait qu’il risque de se briser en cas d’incendie. C’est pourquoi d’ailleurs il est de moins en moins utilisé.

On le retrouve surtout sur toitures des locaux industriels, les toits des jardins d’hiver et les parois décoratives. Si vous êtes intéressé, vous pouvez faire appel à votre expert en vitrage et menuiseries aluminium à Caen pour plus d’informations.

Le verre trempé

Le verre trempé est un des plus utilisés en ce moment. Il s’agit d’un verre traité chimiquement ou thermiquement lors de sa fabrication, dont le but de renforcer ses capacités de résistance et de sécurité. En cas de traitement thermique, le verre est chauffé à une température de 700 degrés puis mis rapidement à une température baisse de 300 degrés en appliquant de l’air froid.

Ce processus permet au verre trempé d’acquérir plusieurs qualités. Il est 5 fois plus résistant aux chocs qu’un verre simple, résistant aux chocs thermiques et supporte les températures élevées (jusqu’à 250 degrés). En cas de brise, il se décompose en petits morceaux et ne produit pas d’éclats risquant de vous blesser. Si l’on choisit de traiter le verre chimiquement, on doit le plonger dans un bain de solution saline à une température de 400 degrés pendant au moins 12 heures (36 heures au maximum). Le verre trempé chimiquement se brise de la même façon qu’un verre classique, mais il est d’une résistance exceptionnelle, bien supérieure à celle d’un verre trempé thermiquement. Il est cependant plus très cher, utilisé pour des usages spéciaux comme pour les hublots d’avion.

Le verre feuilleté

Le verre feuilleté est un des verres de sécurité les plus résistants. Il est constitué de deux couches au minimum, de verre simple ou trempé, séparées par des films de PVB. Le verre feuilleté est très utilisé pour sécuriser les endroits en raison sa forte résistance aux chocs et aux tentatives d’effraction, en particulier s’il contient beaucoup de films PVB. Il ne présente quasiment pas de risque de blessures, puisque les films de plastique empêchent les éclats de se projeter dans l’air en cas de brise.

Le verre feuilleté a été conçu en premier pour les pare-brises, mais s’est répandu dans d’autres domaines grâce à ses performances inédites, y compris ses capacités d’isolation thermique et acoustique. On retrouve sur le marché différents types de verres feuilletés : classique, de sécurité et à gel intumescent.

Chaque type de verre de sécurité présente ses avantages et ses inconvénients, adapté donc à un usage plus qu’à un autre. Votre fabricant installateur sera en mesure de vous conseiller dans le choix de votre verre de sécurité en fonction de vos besoins.